< Retour au blog

« Dans la tête des complotistes », de William Audureau

publié le 22/11/2021

« Covidosceptiques », antivaccins, sympathisants de la mouvance QAnon… Largement diffusés sur les réseaux sociaux, les discours complotistes progressent dans tous les milieux, pénétrant même parfois notre sphère intime (amis, parents, etc.). Comment se comporter face à des personnes tenant ce type de discours ?Première de couverture livre « Dans la tête des complotistes », de William Audureau

Pour William Audureau, fact checkeur au sein de la rubrique « Les Décodeurs » du journal Le Monde, choisir la voie du rejet est tentant, mais contre-productif. Lorsque l’on souhaite ramener son interlocuteur à la réalité, mieux vaut maintenir le dialogue. Cela implique de comprendre la mécanique de pensée des complotistes. Telle est donc la démarche de William Audureau dans son dernier ouvrage, « Dans la tête des complotistes », paru fin octobre 2021.

Nourri d’échanges directs avec des adeptes de diverses théories du complot, éclairés par des analyses de spécialistes du complotisme, ce livre dresse des portraits de complotistes célèbres ou anonymes : leurs parcours, leurs combats, les dynamiques intimes qui les ont menés vers ces systèmes de croyances et – pour certains d’entre eux – leur sortie du complotisme.

Ces portraits sont l’occasion, pour l’auteur, d’identifier les ressorts de l’adhésion à des théories du complot. Il apparaît ainsi que le passage du questionnement légitime au conspirationnisme répond en partie à une « logique narcissique ». Cette dernière repose sur une certitude : celle d’être « éveillée », autrement dit conscient de la « vérité », à la différence de la masse des citoyens « endormis ».

Cette foi n’admet pas la contradiction. Elle est un pilier de l’identité de celles et ceux qui la partagent. Elle contribue à leur équilibre. Aussi, les complotistes cherchent à se protéger de la dissonance cognitive, c’est-à-dire de tous les éléments invalidant leur croyance. Concrètement, cela se traduit par la mise en œuvre de différentes stratégies : fuir les sources d’information dissonantes, délégitimer l’énonciateur, échafauder des explications acrobatiques, etc.

Paradoxalement, face à un conspirationniste, William Audureau estime donc qu’il est préférable « de faire un usage pondéré des informations vérifiées. Car, de la même façon qu’une personne endormie se sent agressée si on allume brutalement la lumière de sa chambre, et cherchera instinctivement à se cacher les yeux […], le premier réflexe d’un complotiste contredit sera de rejeter tout contre-argument pour préserver sa croyance ».

Avec cet ouvrage, William Audureau signe une enquête passionnante sur le développement des discours complotistes.

Retrouvez d’autres éclairages sur les infox

Pour se renseigner sur l’offre de formation.

Pour nous contacter et nous suivre sur Twitter et LinkedIn.

Ces articles peuvent vous intéresser

Le prebunking, un vaccin contre la désinformation

Fin août 2022, Google a indiqué vouloir tester en Slovaquie, en République tchèque et en Pologne une nouvelle méthode de lutte contre les infox : la réfutation préventive (« prebunking »), consistant à sensibiliser les internautes aux techniques de désinformation afin qu’ils puissent...

Bonnes pratiques de vérification des faits : des points de vue divergents entre fact-checkers et collectifs d’OSINT

L’European Fact-Checking Standards Network (EFCSN), qui rassemble des organisations européennes spécialisées dans le fact-checking et le renseignement en sources ouvertes (OSINT) autour d’un projet de définition de normes de qualité communes dans la lutte contre les infox, a publié début...

Les dérives sectaires : regards croisés sur un phénomène en mutation

Comment le phénomène sectaire a-t-il évolué, « d’hier à aujourd’hui » ? L’UNADFI, une association qui vient en aide aux victimes de sectes, a invité des spécialistes, professionnels et universitaires, à apporter des éléments de réponses dans le cadre d’un colloque organisé...