< Retour au blog

Fake news et politique : la nouvelle norme ?

publié le 16/04/2019

La vie politique actuelle est traversée par les fake news. Certains en usent et en abusent pour accéder au pouvoir ou comme mode d’action politique. Dans Les ingénieurs du chaos (2019, Lattès), un essai stimulant, le journaliste et écrivain italien Giuliano da Empoli nous raconte l’histoire d’une époque, celle d’un techno-populisme post-idéologique, fondé non pas sur les idées mais sur les algorithmes. Une explication plausible des choses est proposée. Des remèdes concrets mais simplistes sont avancés, répondant aux préférences des électeurs-consommateurs à la recherche d’élites alternatives face à des politiques professionnels discrédités car vus comme corrompus et incompétents. 

La communication par les faits avérés, considérée comme froide et distante, est délaissée au profit de la passion des sentiments. Or, les réseaux sociaux sont fondés sur les ressorts les plus primaires de la psychologie. Ainsi, le conspirationniste suggère un message qui flatte les émotions. Il comprend et justifie l’énervé, sa frustration, sa rage – l’affect narcissique par excellence – qui naît de la sensation de solitude, d’impuissance. On se shoote alors aux likes, aux contenus virulents au fort taux d’émotivité…

Sur la forme, les bases de la guérilla virtuelle sont connues : trouver les informations et les agencer dans un récit cohérent afin de capter l’attention dans un milieu hautement compétitif ; retourner contre eux les réflexes des médias traditionnels ; multiplier les clics et les partages jusqu’à générer un vrai mouvement d’opinion.

La conception narrative de la réalité permet d’adopter une lecture très lâche des faits. Avant, chacun avait droit à ses propres opinions mais pas à ses propres faits. Dorénavant, chacun prend les faits qui l’arrangent pour coller à ses opinions. Ainsi, le leader populiste fait des fake news propagées, et qui jalonnent sa propagande, la marque de sa liberté de penser.

Autres lectures conseillées pour comprendre l’enjeu des infox

———

Pour se renseigner sur l’offre de formation.

Pour nous contacter et nous suivre sur Twitter et LinkedIn.

Ces articles peuvent vous intéresser

Partager des infox, une mauvaise habitude

Twitter, Instagram, TikTok… Les réseaux sociaux sont des espaces propices à la diffusion d’infox. Ces infox émanent le plus souvent d’un petit nombre d’émetteurs dont les publications sont massivement partagées. Mais pourquoi les internautes relayent-ils de fausses informations ?...

Se légitimer par l’armée : le pari militaire de la mouvance QAnon

Aux États-Unis, la mouvance complotiste QAnon s’appuie sur la bonne image de l’armée et des anciens combattants pour légitimer ses obsessions et attirer de nouveaux adeptes. Une étude publiée en décembre 2022 par l’ONG américaine Human Rights First analyse cette stratégie...

Changer le contexte, mais pas les obsessions : une analyse des publications complotistes

Twitter, Instagram, TikTok… Les réseaux sociaux sont des espaces propices à la diffusion de fausses informations. Ces infox émanent le plus souvent d’un petit nombre d’émetteurs très actifs en ligne. Comment s’y prennent-ils concrètement pour rédiger leurs articles faux ou trompeurs ?...