< Retour au blog

Psychologie des croyances aux théories du complot, de Pascal Wagner-Egger

publié le 17/05/2021

Dans Psychologie des croyances aux théories du complot, Pascal Wagner-Egger, enseignant‑chercheur en psychologie sociale et en statistique, livre une réflexion intéressante sur la méthode scientifique cherchant à caractériser les théories du complot, leur profusion et surtout leur attrait. Ainsi, leur foisonnement s’explique par les sentiments d’anomie et d’anxiété, en développement dans nos sociétés, sans oublier les effets de la révolution numérique. Quant à l’appétence aux infox, elle s’explique par différentes dimensions : sociale-sociétale (les relations intergroupes), psychopathologique (la paranoïa), politique (l’axe gauche-droite), irrationnelle (les biais cognitifs) et communicationnelle (l’intérêt narratif). Dans un livre court et plein de références scientifiques, Pascal Wagner-Egger nous offre une vulgarisation appréciable, même si un peu abscons par moment.

 

Retrouvez d’autres éclairages sur les infox

Pour se renseigner sur l’offre de formation.

Pour nous contacter et nous suivre sur Twitter et LinkedIn.

Ces articles peuvent vous intéresser

Sur Instagram, un algorithme qui recommande des infox

Le réseau de partage de photos et de vidéos Instagram est un espace propice à la diffusion de fausses informations, selon le Center for Countering Digital Hate (CCDH). Dans une étude parue en mars 2021, l’ONG anglo-américaine analyse la désinformation en ligne et démontre que l’algorithme...

Sur TikTok, le jeune public exposé à la désinformation

Très populaire chez les moins de 14 ans, la plateforme de partage de courtes vidéos TikTok n’échappe pas à la désinformation. Des études menées par Media Matters for America, une organisation à but non lucratif qui analyse les fake news diffusées par l’extrême droite aux Etats-Unis,...

Alerte du CSA : sur Twitter, la viralité profite plus aux fausses informations

Comment expliquer la viralité des fausses informations sur le réseau social Twitter en France ? Dans une étude intitulée « La propagation des fausses informations sur les réseaux sociaux : étude du service Twitter », publiée fin novembre 2020, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA)...